Depuis la crise économique de 2009, une nouvelle population a désormais recours à l’aide alimentaire : la classe sociale moyenne à revenu modeste. Par ailleurs, de nombreuses entreprises ou chaînes d’alimentation ont diminué l’inventaire de leur entrepôt, ce qui complexifie l’approvisionnement des organismes. Les dons et le financement public ont aussi diminué. Résultat : une diminution considérable des dons de denrées alimentaires, alors que le nombre de personnes qui ont recours aux banques alimentaires continue de croître.

Avec l’appui financier de la CRÉ de Montréal, une étude de faisabilité menée par le Regroupement des Magasins-Partage de l’île de Montréal a permis d’élaborer une solution porteuse d’espoir qui permettrait de répondre à une partie des besoins. Appelé Cultivons l’espoir, cette solution consisterait à développer un projet d’agriculture urbaine qui permettrait, à terme, de créer une entreprise d’économie sociale (OBNL ou coopérative) responsable de cultiver des légumes sur des terres agricoles non exploitées et appartenant à la Ville de Montréal. Les produits seraient redistribués selon une variété de modalités qui permettrait à la fois de financer les opérations de ce projet d’agriculture urbaine en vendant une partie de la production, tout en permettant d’offrir des denrées gratuitement ou à faibles coûts à des populations démunies ou à revenu modeste.

Ce projet propose une solution originale pour répondre aux besoins des organismes en sécurité alimentaire. Il permettra aussi de positionner l’économie sociale dans le créneau de l’agriculture urbaine.

Pour information :

Danny Roy
Agent de développement
514 842-2400 poste 2500